Magazine Entre-nous
Biens immobiliers d'exception

E-mmobilier : CROWDSTONE 1ère PLATEFORME DE CROWDFUNDING IMMOBILIER REGIONALE SUR MARSEILLE

CROWDSTONE 1ère PLATEFORME DE CROWDFUNDING IMMOBILIER REGIONALE SUR MARSEILLE

Retour Contactez-nous
CROWDSTONE 1ère PLATEFORME DE CROWDFUNDING IMMOBILIER REGIONALE

Rencontre avec Emmanuel Pavy & Emmanuel Gard
Fondateurs de Crowdstone.

Pourquoi avez-vous décidé de créer CrowdStone ?

C’est avant tout une question d’opportunité et une histoire d’hommes. En organisant en 2014, avec Renaud Tarrazi (architecte fondateur de MAP, ndlr), une conférence sur le « crowdfunding dédié à l’immobilier », nous avons tout de suite compris qu’un mouvement de fond important, sans jeu de mots, était en train de se mettre en oeuvre. Ce qui s’explique assez simplement. Il y a des liquidités chez les ménages, les taux des placements traditionnels sont au plus bas, et il existe

un besoin de financements pour les opérateurs immobiliers… Notre esprit d’entreprise, notre amitié et notre complémentarité ont fait le reste afin de créer la 1ère plateforme de crowdfunding immobilier régionale. Deux autres associés nous ont rejoint apportant ainsi leur compétence en matière de développement informatique et d’investissement financier.


Qu’est-ce qui vous différencie de toutes les plateformes déjà existantes ?


Trois éléments nous sont apparus comme essentiels, le positionnement, le professionnalisme et l’accréditation. CrowdStone est une plateforme régionale spécialisée dans l’investissement sur des projets immobilier. Ce qui est pour nous la traduction des fondamentaux de notre profession appliqués à ce mode d’investissement : l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement, c’est à dire connaître un territoire et ses acteurs. Notre professionnalisme s’exprime à travers la pluralité de nos compétences et expériences, car proposer des investissements sur des projets immobiliers à travers une plateforme nécessite une expertise multicritères. Enfin, nous apportons un maximum de garanties aux investisseurs et aux porteurs de projets en soumettant notre plateforme à l’analyse de l’Autorité des Marchés Financiers auprès desquels nous avons effectué une demande d’immatriculation de Conseiller en Financement Participatif.


Le coût pour les promoteurs semble assez élevé, qu’en pensez-vous ?

Il s’agit d’une question d’échelle et il faut bien distinguer la rentabilité servie aux investisseurs (entre 8 et 12%) de la marge globale d’une opération (entre 8 et 10% du coût de revient d’une opération). En effet, les fonds propre d’une opération représentent en général entre 10 et 15% de son coût de revient, la rentabilité servie aux investisseurs est donc toute relative au regard de la marge de l’opération et donc de la rentabilité des fonds propre du promoteur. Ensuite, le crowdfunding peut permettre à un promoteur de refinancer une opération déjà sécurisée pour désengager ses fonds propres et lancer une nouvelle opération. L’opérateur peut ainsi multiplier le nombre des projets.

Quels sont les risques pour les investisseurs ?

Pour l’investisseur, le risque est clair : il peut tout perdre ! C’est d’ailleurs une obligation pour les plateformes immatriculées auprès de l’AMF que de l’indiquer en toute lettre aux investisseurs potentiels, et c’est aussi ce qui explique les rendements affichés. C’est là que réside la valeur ajoutée du Conseiller en Investissement Participatif pour les investisseurs, il se doit de proposer la bonne opération ! Warren Buffet, un des papes de l’investissement, a pour philosophie « si vous ne comprenez pas, n’investissez pas ». Ceci aurait notamment permis d’éviter la crise des subprimes et nous inspire dans la relation que nous souhaitons avoir avec nos investisseurs. Chez CrowdStone, nous nous mettons au service de la compréhension de nos investisseurs, et ce service s’exerce sur deux plans, le « back office » qui consiste à mener une analyse poussée de l’opération et le « front office » qui restitue l’information.

Pour le « back office », c’est notre comité de sélection qui s’en charge. Il est constitué des fondateurs et d’experts « invités ». Pour le « front office », nous avons développé une cotation qui s’appuie sur grille d’analyse spécifique et intelligible : une synthèse explicite de l’ensemble des documents du programme que nous rendons accessibles aux investisseurs, afin qu’ils puissent être en mesure d’arbitrer en fonction de leur situation et de leurs objectifs de façon pertinente.


Le crowdfunding est-il selon vous un effet de mode ou un phénomène durable ?


Il existe aujourd’hui 26 plateformes de crowdfunding immobilier, leur nombre étant passé de 5 à 26 en 2015… Toutes ne resteront pas et certaines ne financeront jamais un projet. Néanmoins la tendance de fond existe. En outre, la France est pionnière dans la mise en place d’un cadre règlementaire spécifique depuis l’automne 2014. L’économie participative/collaborative s’est définitivement installé dans notre paysage économique. Le crowdfunding en est une illustration et le crowdfunding immobilier offre au français un nouvel outil pour renforcer ce lien indéfectible qu’ils ont avec la pierre. Donc oui je pense que l’on peut parler d’un phénomène durable.


A partir de quand pourra-t-on investir sur les projets CrowdStone?


Nous attendons l’immatriculation que l’AMF devrait nous délivrer en début d’année, mais il est possible dès aujourd’hui de prendre connaissance des projets qui seront finançables cette étape passée.

www.crowdstone.fr

Emmanuel Gard : 09 70 46 47 50